Que suis-je prête à lâcher pour améliorer la qualité de ma vie? Il est évident que je vis d’habitudes qui sont en moi depuis pas mal d’années et que si je continue à « utiliser » ces habitudes, ma vie ne changera pas.  C’est un euphémisme, non?

Il y a différents domaines qui pourraient être revus: la façon de m’alimenter, de vivre, mes relations, mes loisirs.

L’alimentation: comme je le mentionnais dans un autre post, c’est la prise de conscience que mon corps n’est là que pour véhiculer mon âme.  Alors autant qu’il soit le plus agréable à vivre, à supporter et même à regarder.  C’est donc évoluer vers des aliments bio, le plus possible, de saison et locaux si possible.  Oui mais des pâtes bio, ça reste des pâtes 😉 Donc plutôt des aliments non transformés comme le sont les légumes et les fruits. Opter le plus possible pour ce type d’aliments et puis accepter d’avoir des craquages de temps en temps, en toute conscience, et en se donnant des permissions.  Je reviendrai dans un autre post sur le thème des permissions!

Ma façon de vivre: avoir de bonnes habitudes de vie, se rapprochant de l’hygiénisme naturopathique. Avoir des heures de sommeil régulières, ne pas trop dormir d’ailleurs, être rythmé comme une pendule suisse car ce n’est qu’à ce prix que mon corps pourra s’y retrouver et se recharger. De même essayer de manger aux mêmes heures et de moins en moins au fur et à mesure de la journée.  Eviter de manger après 18H si possible … Bien sûr ce n’est pas toujours réalisable, ne fut-ce que lorsque je suis invitée à dîner à l’extérieur, mais il me semble que ce n’est pas tous les jours le cas 🙂

Mes relations: éliminer les relations toxiques, celles qui me font vraiment du tort, celles qui ne m’apporteront décidément rien de bon … Privilégier les groupes dans lesquels je me sens en harmonie, où il y a une communion d’idées, un sentiment de partage, où je me sens comme un coq en pâte. Et les autres? Et bien tant pis pour eux/elles, je  ne suis pas obligée de me coltiner des gens qui me sapent le moral, qui me critiquent.  D’où vient cette idée de devoir subir cela?  Personne ne me le demande. Il me semble que ce thème demande d’être un peu exploité.  J’y reviendrai aussi.

Mes loisirs: oui là aussi, choisir des activités qui me fortifient, qui me gratifient, qui m’élèvent ou qui simplement me détendent.  Dans lesquelles je me sens bien, en phase avec mon développement personnel.  Et bien sûr ces activités peuvent évoluer au gré de mes découvertes.  Ne jamais perdre de vue la raison pour laquelle je les pratique.  Et m’en éloigner dès que je ne ressentirai plus le feu sacré, sans amertume ni culpabilité, simplement passer à autre chose ….

La vie ce n’est que ça finalement, un mouvement perpétuel, une remise en question sans fin qui me permet de rester en équilibre.  Car, tel un vélo, dès que je m’arrête, je tombe … Continuer à pédaler encore et toujours vers ce mieux-être vers lequel je tends, vers la réalisation de mes objectifs 🙂

Catherine Kinna – Chaussée d’Alsemberg 1114 – 1180 Uccle (Bruxelles) – Belgique.  Tel: +32 (0)472.71.97.94

copyright © 2017 guerirdunburnout.com – All Rights Reserved