Assumer ce que je pense, peu importe ma famille, mes amis … ou la peur du rejet.

N’avez-vous jamais été confronté à une mauvaise compréhension d’une situation, à un manque de dialogue, ou à un échange de messages desquels il ressort que vous n’êtes pas compris pour ce que vous êtes, ce que vous aviez envie de réellement communiquer ? Pour ma part, j’ai connu cette situation quelques fois et une énorme frustration en ressortait.

La colère d’abord d’avoir été incomprise, d’avoir le sentiment que mon action ou mon message est malheureusement mal passé, que peut-être la façon dont je l’ai transmis n’était pas judicieuse.

La tristesse aussi du manque de communication, du jugement rapide que l’autre me renvoie sans avoir pris la peine de me poser la question réelle de ce qui m’animait, une analyse rapide et souvent non fondée qui mène à des incompréhensions totales.

Des émotions très désagréables qu’on n’aurait certainement pas voulu connaître et des mots qui ont été dits ou écrits et pour lesquels on aimerait appuyer sur le bouton « marche arrière ».

Oui mais …

Pourquoi ne peut-on pas dire ce que l’on pense même si c’est parfois difficile de l’entendre pour l’autre ? Oui bien sûr, on pourrait utiliser des techniques de CNV (communication non violente) mais, à moins d’y être formé depuis des lustres, il est bien souvent difficile de réagir posément dans l’instant précis.  On peut aussi s’arrêter, attendre que le calme revienne et puis répondre.  Cependant, le message ne devrait pourtant pas être différent du message initial, seule la forme serait plus « acceptable » pour celui qui le reçoit.

Car finalement le moteur derrière ce manque de communication ou cette mauvaise communication n’est-il pas simplement la peur d’être rejeté d’un groupe d’amis ou d’une famille ?

Le rejet, ne plus faire partie du groupe, être mal vu, être perçu comme celui qui déçoit … c’est un sentiment complexe pour nous, êtres humains, qui avons profondément l’instinct grégaire, le besoin d’appartenance … et le besoin de plaire.

Alors oui assumer ses erreurs, sa façon de communiquer et surmonter la peur d’être rejeté, finalement c’est ça l’amour.  L’amour que l’on offre dans le pardon à l’autre, l’amour que l’on s’offre à soi-même comme un cadeau.

Aujourd’hui je décide de me choisir, de m’assumer avec mes qualités et mes faiblesses, de ne plus avoir peur du « qu’en dira-t-on », d’être pleinement responsable de qui je suis car je suis un être unique, imparfait, en constante évolution mais aussi merveilleux et plein de potentiel.

Catherine Kinna – Chaussée d’Alsemberg 1114 – 1180 Uccle (Bruxelles) – Belgique.  Tel: +32 (0)472.71.97.94